38
5 partages, 38 points

Le crédit immobilier concerne les opérations d’achat d’un immeuble à usage d’habitation (ou professionnel et d’habitation) ou d’un terrain destiné à sa construction.

Comment financer un projet immobilier (achat ou construction) ?

Acheter ou faire construire un logement nécessite le plus souvent de prendre un crédit immobilier, éventuellement en complément de votre épargne. Prendre un prêt bancaire « classique » implique des frais. Mais il existe des prêts immobiliers (dits prêts réglementés) aux frais réduits. Avant de vous engager, il est recommandé de vous informer sur ces différents types de crédits immobiliers et de calculer votre taux d’endettement actuel.

Différents prêts immobiliers

Il existe différents types de crédit immobilier, qui se distinguent notamment par : les conditions imposées au demandeur pour les obtenir,
et leurs avantages par rapport aux autres types de prêt (frais réduits, sans taux d’intérêt, …).

À côté du prêt bancaire « classique », il existe des prêts réglementés dont les conditions sont encadrées (conditions de ressources, nature du projet immobilier à financer, …) :

  • Le prêt épargne logement, accordé à la condition d’avoir un plan d’épargne logement (PEL) ou un compte épargne logement (CEL).
  • Le prêt à taux zéro renforcé (PTZ+), accordé notamment sous conditions de ressources.
  • Les prêts conventionnés, dont le prêt conventionné d’accession sociale et le prêt conventionné « ordinaire ».

Il est parfois possible de compléter un prêt immobilier « classique » ou un prêt réglementé par un prêt complémentaire (prêt qui n’est accordé qu’en complément d’un autre prêt ou pour un montant maximum). Il existe les prêts complémentaires : accordés par Action Logement (ex-1% logement)
distribués par les caisses de retraite ou par les mutuelles
destinés aux fonctionnaires.

Montant total à financer

Il faut déterminer le montant total de l’opération immobilière à financer, en additionnant :

  • Prix de vente du logement ou coût de la construction, éventuellement prix de vente du terrain
  • Frais de notaire
  • Rémunération de l’agent immobilier (éventuellement)
  • Frais de dossier du prêt
  • Frais de dossier de l’assurance emprunteur
  • Coût de la garantie du prêteur : coût de la prise d’hypothèque, ou du privilège de prêteur de deniers, ou de la caution d’un organisme spécialisé
  • Frais d’ouverture d’un compte bancaire (en cas de nouvelle domiciliation des revenus)
  • Rémunération du courtier (éventuellement)

Montant de votre épargne

Pour connaître le montant de votre épargne, il faut que vous additionniez les sommes suivantes :

  • Sommes placées sur un compte bancaire, un compte épargne logement (CEL) ou un livret (livret A, d’épargne populaire ou de développement durable)
  • Épargne acquise pour la participation dans l’entreprise
  • Vous pouvez utiliser une partie de ce montant pour financer en partie votre projet immobilier.

Ce montant sera appelé apport personnel.

Capacité d’emprunt

Vous pouvez déterminer votre capacité d’emprunt en fonction :

  • Des taux d’intérêt (crédit immobilier et assurance emprunteur)
  • De la durée du prêt souhaitée
  • Des mensualités que vous souhaitez rembourser

Taux d’endettement

Vous pouvez financer un projet immobilier en prenant un ou plusieurs crédits. Toutefois, il est d’usage de ne pas dépasser pas un certain taux d’endettement (33 % de ses revenus).

Que couvrent les garanties décès, incapacité, invalidité de l’assurance emprunteur ?

Les garanties exigées par les prêteurs d’un crédit immobilier sont les garanties couvrant les risques d’incapacité de travail, d’invalidité, et de décès. Les conditions pour bénéficier de ces garanties sont précisées dans le contrat d’assurance. Selon les cas, l’assurance prendra en charge le remboursement des mensualités ou du capital restant dû, totalement ou en partie.

Garantie incapacité temporaire de travail

La garantie incapacité temporaire de travail concerne l’inaptitude temporaire à exercer une activité professionnelle, suite à un accident ou une maladie couverts par un arrêt de travail. L’incapacité doit être totale.

Les contrats d’assurance prévoient souvent une limite d’âge et une franchise pendant laquelle l’assureur ne verse pas d’indemnité.

Attention : la plupart des contrats d’assurance comportent des exclusions de garantie (par exemple : blessures volontaires de l’assuré, pratique de sports dangereux, maladie due à la consommation d’alcool ou de stupéfiants).

Si vous vous trouvez dans cette situation, vous devez le déclarer à votre assureur dans les délais prévus aux conditions générales de votre contrat.

L’assureur vous adressera alors un dossier à remplir et à lui retourner avec les documents justificatifs.

Si vous répondez aux critères de l’incapacité de travail, l’assureur prendra en charge le remboursement des mensualités de prêt à votre place, dans les conditions précisées au contrat.

Garantie invalidité

La garantie invalidité concerne l’inaptitude permanente à exercer une activité professionnelle, suite à un accident ou une maladie et après consolidation de votre état de santé. Il peut s’agir d’une invalidité totale ou partielle.

Si vous vous trouvez dans cette situation, vous devez le déclarer à votre assureur dans les délais prévus aux conditions générales de votre contrat.

L’assureur vous adressera alors un dossier à remplir et à lui retourner avec les documents justificatifs.

La garantie pourra jouer si vous présentez un taux d’invalidité mentionné dans votre contrat d’assurance. Votre taux d’invalidité sera déterminé par un médecin désigné par l’assureur à partir d’un barème médical (le barème est annexé au contrat d’assurance).

Si vous êtes en désaccord avec l’évaluation du taux d’incapacité, vous pouvez demander une expertise judiciaire.

Le taux d’invalidité sert à fixer le montant des indemnités qui vous seront versées au fur et à mesure.

Attention : les contrats d’assurance prévoient souvent une limite d’âge. De plus, la plupart des contrats d’assurance comportent des exclusions de garantie (par exemple : blessures volontaires de l’assuré, pratique de sports dangereux, maladie due à la consommation d’alcool ou de stupéfiants).

crédit immobilier comprendre

Garantie décès ou perte totale et irréversible d’autonomie (Ptia)

En cas de décès ou de perte totale et irréversible d’autonomie (Ptia), l’assurance prendra en charge le remboursement des échéances au prêteur, en partie ou en totalité.
Attention : les contrats d’assurance prévoient souvent une limite d’âge ainsi qu’un délai de carence pendant lequel le décès ne sera pas couvert par la garantie. De plus, la plupart des contrats d’assurance comportent des exclusions de garantie (par exemple : pratique de sports dangereux, suicide si le crédit est destiné au financement d’un bien autre que la résidence principale).


Tu aimes ça? Partages avec tes amis!

38
5 partages, 38 points